Baisse du livret A au 1 er février 2013, une très mauvaise nouvelle!!

Publié le par argent-economies

ACTUALITÉS
Par Ninon Renaud | 11/12/2012 | 22:21 | mis à jour le 12/12 à 19:27 | 3commentaires

La rémunération du Livret A devrait passer de 2,25 % à 2 % voire 1,75 %. Selon Jean-Marc Ayrault, il n'y a « rien de décidé  ». Le Premier ministre a en revanche confirmé le relèvement de 25 % à 22.950 euros du plafond du Livret A début 2013.

AFP
AFP

Ce n'est pas une très bonne nouvelle pour les épargnants. Pour la première fois en trois ans et demi, le taux du Livret A devrait baisser à partir du 1er février. Rémunéré à 2,25 % net depuis un peu plus d'un an, le produit d'épargne liquide préféré des Français ne devrait à cette date plus afficher qu'une rémunération de 2 % net, voire de 1,75 % si l'inflation au mois de décembre ne dépasse pas 1,5 % hors tabac.

Après la publication de cet article, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault a assuré qu'il n'y avait « rien de décidé » à ce sujet. « Je ne connais pas le niveau de l'inflation lorsque nous serons amenés à calculer le taux de rémunération du livret A. », a poursuivi le Premier ministre, confirmant que la décision dépendrait de l'application de la formule en vigueur de calcul du taux du produit d'épargne liquide préféré des Français.

Deux fois par an en effet, le 1er août et le 1er février, le taux du Livret A est révisé selon une cette formule mathématique fondée sur l'évolution des taux courts du marché et de l'indice des prix à la consommation hors tabac du mois de juin et de décembre. Les taux étant au plancher, c'est l'inflation qui joue depuis plusieurs mois le rôle de juge de paix. Si la formule s'appliquait aujourd'hui, sur la base de l'inflation hors tabac en novembre, soit 1,3 %, le taux du livret A passerait de 2,25 % à 1,50 %. Pour que la rémunération du Livret A se maintienne à son niveau actuel, il faudrait au contraire que l'indice des prix hors tabac dépasse 1,8 % au mois de décembre. « Le prix du pétrole a au contraire tendance à baisser, souligne Dominique Barbet, économiste chez BNP Paribas. Si ce mouvement se poursuit, le taux d'inflation hors tabac va aussi reculer davantage encore dans les prochains mois en comparaison de son niveau au début de cette année, quand les prix de l'énergie avaient beaucoup augmenté. Le taux du Livret A pourrait donc baisser encore en août », conclut-il. Dans ces conditions, il semble peu probable que le gouverneur de la Banque de France invoque de son côté des circonstances exceptionnelles pour déroger à la formule mathématique en vigueur.

Le plafond bientôt relevé

Même dans un tel scénario, les épargnants ne seraient toutefois pas complètement perdants. D'une part parce que la rémunération de leur placement reste supérieure à l'inflation. D'autre part, parce que le relèvement de 25 % du plafond du Livret A depuis le 1eroctobre a élargi leurs possibilités d'épargner à des conditions privilégiées. C'est sans compter le doublement en parallèle du plafond du Livret de développement durable (LDD) dont le taux est identique à celui du Livret A. Jean-Marc Ayrault a en outre confirmé mercredi matin sur France 2 que ce plafond serait encore relevé de 25 % à la fin de cette année ou « au début de l'année prochaine ». Il atteindra alors 22.950 euros. Dans ces conditions, le produit phare de l'épargne réglementée devrait continuer d'accroître son bas de laine. Au plus grand dam des banques qui le distribuent mais doivent reverser 65 % de la collecte au Fonds d'épargne logé à la Caisse des Dépôts (CDC). Entre janvier et octobre, le Livret A avait déjà drainé 23 milliards d'euros, dépassant haut la main le record historique de collecte de 18,7 milliards d'euros en 2008. Au total, l'encours du Livret A représentait fin octobre une cagnotte de 239,9 milliards d'euros.

Une baisse de sa rémunération serait en revanche une bonne nouvelle pour les acteurs du logement social car leurs prêts sont indexés sur le taux de Livret A. « Le livret A est une épargne populaire, utile aux Français, utile aussi au financement du logement social », a souligné dit Jean-Marc Ayrault.Ce recul risquerait toutefois de ne pas leur suffire pour construire, sans subvention, les 150.000 logements sociaux supplémentaires par an promis par les pouvoirs publics. « La baisse conjoncturelle du Livret A ne règle pas un problème structurel qui doit être traité par la réforme de l'épargne réglementée », souligne une source proche du dossier.

Optimiser la cagnotte

Annoncée pour la fin de l'année, celle-ci doit permettre d'optimiser l'utilisation de la cagnotte du Livret A par l'Etat. Trois curseurs sont au coeur de la réflexion : le partage de la collecte entre les banques et la CDC ; le niveau de commission versée aux établissements bancaires distribuant le Livret A et le calcul de son taux. Pour l'heure, chacun campe sur ses positions : les banques et Bercy militent pour baisser le niveau de centralisation actuel à la CDC tandis que celle-ci prône une baisse des commissions bancaires. La modification de la formule de fixation du taux jugé trop favorable aux épargnants pourrait être plus consensuelle même si elle est politiquement sensible. Reste à savoir si une telle réforme s'appliquerait dès février.

Publié dans Argent-Economies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article